李录1.jpg

« La nature humaine est la même en Chine et dans le reste du monde. Les gens ont les mêmes besoins et les mêmes aspirations. Mais le niveau économique de notre pays est loin d’avoir atteint celui des pays développés : c’est l’augmentation de la demande intérieure chinoise qui sera le levier décisif de notre croissance à long terme »

Li Lu, fondateur et président du fonds Himalaya Capital Management. Son fait d’armes le plus connu ? Avoir présenté le fabricant chinois de batteries et constructeur automobile BYD à Charlie Munger et Warren Buffett.

Zeng Fanzhi, Hospital Triptych No.2, 1992.

C’est le nombre d’étudiants chinois avec un diplôme équivalent au M1 qui vont arriver cette année sur le marché. Ils trouveront sans doute tous du travail mais pas au même salaire. En sortant des quatre meilleures universités (Tsinghua, Université de Pékin, Jiaotong Shanghai, Université du Zhejiang ) après quatre ans d’études les étudiants peuvent espérer être embauchés pour un salaire mensuel qui varie entre presque 18 000 yuans ( environ 2 200 euros ) s’ils sortent de Tsinghua et autour de 11 000 yuans s’ils sont diplômés de l’Université du Zhejiang. L’étudiant qui se sera contenté de la 50 ème université dans le classement des meilleures institutions du pays, celle de Fuzhou, commencera sa vie professionnelle avec 6682 yuans soit presque 3 fois moins d’argent que sa petite amie de Tsinghua. Les deux entreprises préférées par les étudiants de Tsinghua et de l’Université de Pékin ? Huawei et Tencent. Rappelons que Huawei avec ses 858,83 milliards de yuans de CA cette année, soit 126 milliards $, vient d’être classée première entreprise privée la plus puissante de Chine devant, dans l’orde décroissant du chiffre d’affaires, Suning, Amer Group, Hengli Group, Country Garden Holdings, Evergrande Group, Legend Holdings, Gome Holdings, China Vanke et Geely ( 330,82 milliards de yuans ) soit dans le top 10 des entreprises privées, 3 dans l’immobilier, 2 dans l’électronique et l’informatique, 2 dans la distribution, 2 dans la chimie et les métaux et 1 dans l’automobile. 

8,74 Millons

Elle a 33 ans et vit seule. Elle est comptable à Pékin. 

Avant le virus elle se contentait de Weibo, WeChat et elle s’autorisait TiKToK, avec sa panoplie de jeux et de vidéos courtes, uniquement le week-end. Une femme sérieuse et consciencieuse Zhang Xiaojing.

wice

waimai.jpg

Livrer ou mourir ?
En 2016 il fallait une heure max pour livrer de la nourriture à 3 km de distance. Deux ans plus tard il ne fallait plus que 38 minutes. Aujourd’hui le délai moyen de livraison des commandes a encore été réduit de 10 minutes. Un livreur a récemment très bien défini son métier : « Livrer de la nourriture est une course contre la mort et une course poursuite permanente avec la police de la circulation ». En 2017 un livreur à moto dans Shanghai était tué ou blessé tous les 2,5 jours ; aujourd’hui le taux de létalité est d’environ 1 par jour. Les plateformes de livraison proposent désormais des options comme  « 5 minutes d’attente supplémentaires » ou « avec 8 minutes de tolérance ». Ce qui ne suffit pas à faire tomber la polémique et la révolte des internautes. Time is money a une nouvelle traduction : life is nothing.

庞康.jpg
Pang Kang 

P

张明.jpg

« La guerre sino-américaine a un avantage : elle forcera la Chine à accélérer ses réformes structurelles. Il faut désormais s’attaquer au statut des entreprises d’Etat, à la réforme foncière rurale et à l’ouverture du marché de l’éducation, des soins médicaux et des retraites au capital privé. Ce nouveau cycle de réformes sera difficile, de nombreux groupes d’intérêts s’y opposeront mais il est  vital » 

I

mage

冯玉军.jpg

« Donald Trump a beau retirer son pays de nombreuses institutions internationales, il ne faut pas être dupe : L’Amérique prépare un nouvel ordre mondial à son avantage en concluant de nombreux traités de libre-échange avec des pays comme le Canada, la Corée du Sud ou le Japon » 

Votre débrief précis et concis sur la Chine

qui performe, transforme, réforme.

Newsletter
CHAQUE MERCREDI OUVREZ SINOCLE

La carpe ou le dragon ?

Q

uestion

Connaissez-vous la carpe sautant par-dessus la porte du dragon ? 
C'est la métaphore chinoise pour l’ascension sociale : ainsi les enfants de paysans entrant à l’université, par exemple, sont-ils des carpes qui sautent par-dessus la porte du dragon. Mais depuis la crise de 2008 le processus s’est enrayé et l’écart culturel et pédagogique entre les régions rurales et urbaines s’est largement creusé. Zhang Ming, ancien économiste en chef de Ping An Securities rapporte, à propos du blocage de l’ascenseur social, une étude du professeur Liu Yunshan, chercheur à l’Ecole d’éducation de l’Université de Pékin, estimant que la proportion des étudiants issus des classes rurales de cette même université qui était de 30 % entre les années 80 et 2000 est tombée à 10 % en 2000 et est sans doute encore inférieure aujourd’hui. Les enfants de paysans rentrent toujours bien sûr à l’université mais le plus souvent dans des universités de deuxième ou troisième niveau alors que, paradoxalement, les frais d’inscription universitaires sont en Chine souvent plus élevés pour les universités de second rang que pour la ligue C9 des universités d’excellence. Cumulé au prix des logements dans les grandes villes et à la faible valeur sur le marché du diplôme, le coût d’une formation universitaire vaut-il encore les sacrifices de tant de familles rurales ?   
Comme dirait l’anthropologue américain David Graeber, auteur en 2018 de Bullshit jobs : à quoi bon un cursus universitaire long et coûteux pour un job précaire et intellectuellement dévalorisant ? Et que deviendra une génération qui, perdant confiance dans la valeur de l’éducation, se trouvera de plus en plus frustrée par la dégradation de la mobilité sociale ?

V

idéosélection

- ST21 -

31 Avenue de Ségur 75007 Paris France

01 74 64 79 37

contact@sinocle.info

Mentions Légales / Crédits 

本网站部分图片来自网络,请图片版权拥有者与我们联系。 

©SINOCLE  Tous droits réservés 2020

  • 白色的Twitter圖標
  • 白色的Facebook圖標
  • 白LinkedIn圖標
  • 白色的Instagram圖標