P

Le propos d’un décideur politique ou d’un observateur privilégié pour mettre en perspective et mieux comprendre la mondialisation et les mutations de la Chine.

hrase

-


 

« Contrairement aux technologies des puces, la Chine n’est pas en retard sur le monde dans les technologies à faible émission de carbone et les technologies d’énergie propre. Nous avons l'éventail industriel le plus complet du monde et tous nos secteurs industriels ont besoin des technologies de décarbonation, ce qui représente un immense champ d’application. C’est parce que les technologies à faible émission de carbone ont des applications infinies avec un faible coût que le gouvernement devrait investir davantage dans les infrastructures économiques à faible émission de carbone pour créer un nouvel écosystème industriel propre unique au monde. Les puces sont très importantes pour le développement économique de notre pays mais le développement à faible émission de carbone est plus réaliste. Il nous servira de protection macro-économique contre le ralentissement économique et ouvrira une nouvelle voie à la croissance »

Cao Yuanzheng, président de Bank of China International Research et vice-président de la Macroeconomic Society of China.

-


 

« Centrales photovoltaïques dans le désert de Gobi et éoliennes offshore en masse sur les côtes : la production chinoise d'énergie non fossile qui représente aujourd’hui 10 % doit passer à 25 % en 2030 et 80 % en 2060. L’UE et les USA ont aussi annoncé un grand plan de développement pour l'industrie photovoltaïque. La production de l'industrie photovoltaïque chinoise est en grande partie exportée vers l’Europe et l’Amérique et sachant que cette dernière a prévu d’exempter de droits de douane pendant deux ans les panneaux photovoltaïques provenant de quatre pays d’Asie du Sud Est, cela représente une immense opportunité de développement pour l'énergie non fossile » 

Yang Delong, directeur général et économiste en chef de Qian Hai Kai Yuan Fund Management.

-


 

« L’ histoire n’est pas linéaire. Des révolutions comme l’IA et des apocalypses annoncées comme le réchauffement climatique nous le rappellent. De la peste noire aux deux guerres mondiales, des accidents majeurs ont fait bifurquer son cours. Il est très dangereux de s’habituer à penser l’avenir comme linéaire. La pandémie actuelle a au moins le mérite de nous réveiller pour nous obliger à  délinéariser l’avenir » 

Liu Cixin, auteur de science-fiction le plus populaire de Chine. A lire cet été : La Forêt sombre, La mort immortelle ou Le Problème à trois corps, tous traduits chez Actes Sud.

 

-


 

« Dans l’histoire la modernisation de la Chine a été régulièrement interrompue : elle le fut à la fin de la dynastie Qing par la première guerre sino-japonaise de 1894 qui mit fin à son occidentalisation puis par l’invasion japonaise de 1937 qui ruina les efforts de modernisation du gouvernement nationaliste : aujourd’hui rien ne semble pouvoir l’arrêter »

Guan Qingyou, doyen et économiste en chef du Rushi Financial Research Institute.