Un récit court et documenté pour éclairer une mutation technologique, scientifique, industrielle, commerciale, sociale ou artistique venant de Chine.

WeChat et QQ, nouveaux ennemis du mariage ?

Réfléchir à deux fois à deux fois avant de juger la Chine… Think China Twice est la devise de Sinocle. La proposition vaut aussi pour la séparation conjugale.


La Cour populaire suprême de Chine vient de proposer aux couples en instance de divorce un trimestre probatoire. L’idée ? Trois mois pendant lesquels la cour ne prononcera aucun verdict actant les séparations, ce qui laissera aux prétendants le temps d’avoir recours à une assistance psychologique.

Cette nouvelle disposition complète le petit arsenal déjà en vigueur pour limiter la fièvre séparatiste dans les grandes métropoles : l’imposition, dans certains districts urbains surpeuplés, d’un quota de divorces par jour ou la solution du divorce temporaire donnant la possibilité aux frénétiques de la séparation de tout effacer même au bout d’un an.

L’intention de la période probatoire, dite joliment temps de l’apaisement, accordée par la Cour suprême est moins de donner une chance au couple de raviver la flamme érotique que de lutter contre la délinquance des mineurs. Selon des statistiques des Affaires Civiles, 70% des délits des mineurs seraient commis par des enfants de parents divorcés.

En France on divorce depuis 1792, en Chine depuis 1950. « Le mariage, c’est résoudre à deux les problèmes qu’on n’aurait pas eus tout seul ». Prenant au sérieux la boutade de Sacha Guitry, la loi chinoise rappelle donc aux jeunes couples que le mariage est, avant d’être l’espace sacré de l’amour, une boîte à outils qui engage chaque conjoint à trouver toujours l’outil le plus efficace pour s’attaquer aux problèmes de l’économie domestique avant de casser la boîte. Car la tentation de casser la boîte est de plus en plus fréquente dans la société chinoise.

Les réseaux sociaux chinois ? Plus destructeurs pour le mariage que tous les amants de la Chine du Nord !

Si en France 45% des mariages en moyenne finissent par un divorce, les couples divorcés chinois qui ne représentaient que 5% en 1979 du volume conjugal sont aujourd’hui 25%, avec un pic dans les grandes métropoles.

La loi chinoise prévoit le divorce par consentement mutuel ou par voie contentieuse et règle la répartition des biens entre époux et les problèmes de garde des enfants sur des principes assez similaires au droit français. À noter cette spécificité nationale : le divorce ne peut être initié si la femme est enceinte ou dans l’année qui suit la naissance de l’enfant.

Partout dans le monde on divorce à peu près pour les mêmes raisons : infidélité, violence conjugale, abandon de domicile, incompatibilité, égoïsme, désaccord sur l’éducation des enfants, insécurité financière.

Mais les causes du divorce le plus souvent identifiées par les psychologues, juristes et autres conseillers matrimoniaux chinois

sont la banalisation des rapports conjugaux sous l’addiction aux réseaux sociaux, la pression de la réussite à tout prix, le carriérisme, l’obsession de l’ascension sociale dont sont chargés les enfants.

Il n’est pas rare qu’une mère chinoise se remarie avec un homme résidant dans le secteur où elle rêve de scolariser son enfant ou qu’un travailleur migrant quitte sa femme, non parce qu’il ne l’aime plus, mais parce que le chemin du retour dans sa province lointaine est trop long ou trop dispendieux. Pas rare que le couple, à cause de l’inflation des prix immobiliers, devienne une vraie petite entreprise foncière dont les beaux-parents sont actionnaires et dont les conjoints s’efforcent d’être les managers scrupuleux. Et Wechat ou QQ, les deux énormes réseaux sociaux, seraient responsables d’une grande majorité de divorces, non parce qu’ils libéreraient les pulsions épistolaires des maris et des femmes avec leurs amants et leurs maîtresses, mais parce que chaque conjoint passerait bien plus de temps à gérer sa communauté qu’à découvrir les secrets de l’âme jadis amoureuse.

- ST21 -

31 Avenue de Ségur 75007 Paris France

01 74 64 79 37

contact@sinocle.info

Mentions Légales / Crédits 

本网站部分图片来自网络,请图片版权拥有者与我们联系。 

©SINOCLE  Tous droits réservés 2020

  • 白色的Twitter圖標
  • 白色的Facebook圖標
  • 白LinkedIn圖標
  • 白色的Instagram圖標