Un récit court et documenté pour éclairer une mutation technologique, scientifique, industrielle, commerciale, sociale ou artistique venant de Chine.

Condorcet et la chenille arpenteuse


Suffit-il d’être un dissident pour être un penseur ? Objectivement non. La preuve par Teng Biao.   Encore lycéen en 1989, l’homme décide de devenir avocat, il sera radié de son université, interdit de tout enseignement, sa maison saccagée, son ONG fermée, sa famille harcelée ; en exil aux USA depuis 2014 il a été professeur invité à Harvard, Yale, Hongkong. Membre du Carr Center for Human Rights Policy au sein de la Kennedy School de Harvard, il y poursuit ses recherches sur le pouvoir chinois. Hommage intellectuel parfait à E.H Carr, l’homme qui donna son nom au centre de recherches de Harvard, diplomate, historien et chercheur anglais, spécialiste de l’histoire de l’URSS qui fut financé par la Fondation Rockefeller pour travailler sur les archives Trotsky. Condorcet identifiait deux caractéristiques de l’esprit des Lumières : la découverte et l’approfondissement de la vérité et la volonté de la répandre. En cela Teng Biao, l’un des 303 intellectuels chinois signataires de la Charte 08, semble bien être un héritier de l’esprit des Lumières.    Son analyse sur les origines du miracle économique chinois parue dans la revue américaine Law & Justice et reproduite aujourd’hui dans 20 penseurs pour 2020 illustre les vertus et les limites de toute pensée dissidente. Ses vertus ? Sa clarté, sa radicalité, sa combativité. Ses limites ? Son ton dogmatique, accusatoire, comminatoire et souvent prophétique à tendance apocalyptique.   L’originalité de l’hypothèse de l’avocat chinois ? Ce ne sont ni l’ouverture des zones franches ni les capitaux étrangers ni le réformisme à marche forcée ni les transferts de technologie occidentale et encore moins le fantasme du peuple beaucoup plus travailleur ou plus ingénieux que les autres ou de l’ouvrier modèle stakhanoviste mais bien la théorie de la chenille arpenteuse qui explique la réussite économique chinoise. Teng Biao n’a rien inventé, il emprunte cette hypothèse à Qin Hui, historien de l’université Tsinghua. Depuis la mort de Mao, la gauche chinoise appuie la suppression des libertés sans défendre la protection sociale tandis que la droite encourage la restriction des avantages sociaux sans pour autant exiger plus de liberté civile : ces deux courants, alternativement au pouvoir comme s’enchaînent les mouvements de rétraction et de décontraction du corps de la chenille arpenteuse, ont contribué à maintenir longtemps une main d’oeuvre abondante à bon marché, une production à faible coût, des conditions de travail précaires et juridiquement peu encadrées, l’inexistence de règles pour la protection de l’environnement, l’absence de négociation collective, l’interdiction du droit de grève, l’inexistence de syndicats indépendants, la non-indépendance de la justice. Paradoxalement c’est la chenille arpenteuse et ses lentes contorsions qui serait à l’origine du fulgurant développement de la deuxième puissance économique du monde. Voilà pour la stimulante brèche intellectuelle de l’analyse. La suite de la démonstration est beaucoup moins convaincante car la posture de combat de Teng Biao l’emporte sur l’approfondissement. On attendrait des dossiers explosifs à l’appui, on aimerait des Chinaleaks inédits qui ne se contenteraient pas de brasser tout ce que nous savons déjà plus ou moins précisément. Le ton, comme dans toute position dissidente, devient dogmatique, conventionnel, accusatoire, comminatoire ou faussement prophétique. Dogmatique quand l’avocat note, scellant en une phrase sèche la nature du pouvoir chinois « le soi-disant modèle chinois n’est autre qu’une kleptocratie doublée d’un totalitarisme high-tech ». Conventionnel quand il rappelle que « le grand pare-feu informatique qui prive les Chinois de Google, Facebok, Twitter, YouTube, les réseaux sociaux, le big data, le commerce en ligne permettent au PCC d’exercer une surveillance similaire au panopticonde Jeremy Bentham, structure dans laquelle personne ne sait si et quand il est surveillé ». Comminatoire quand il estime que « 2,7 milliards de caméras de surveillance devraient être installées dans le pays d’ici fin 2022, pour chaque citoyen il y aura ainsi deux caméras de surveillance sans compter celles qui sont déjà installées sur les ordinateurs et les téléphones personnels ». Accusatoire quand il épingle.    « des entreprises américaines ou canadiennes comme Cisco, Nortel Networks, Microsoft, Intel, Websense qui ont contribué à la mise en place et au renforcement du pare-feu informatique …Yahoo a fourni à l’Agence chinoise de sécurité d’Etat des données personnelles qui ont permis la condamnation d’au moins quatre écrivains chinois… Plusieurs banques occidentales ont recruté des proches de hauts fonctionnaires chinois à titre de consultants ». Prophétique voire apocalyptique quand il assène « à partir du moment où l’Etat totalitaire high-tech sera parachevé, toute résistance sera impossible ».   La pensée d’un dissident étant sa seule arme de résistance, elle sort par nature de ses gonds, comme un homme qui a trop enduré ou souffert. Elle sert à alerter plus qu’à nous aider à penser, à diagnostiquer plus qu’à ouvrir de nouvelles perspectives. La société chinoise souffre aujourd’hui de ce que Teng Biao nomme le syndrome post-tank identifiable au fait que « la colère et la peur se sont transformées en silence, le silence en indifférence et l’indifférence en cynisme ». Le dissident, quelle que soit la nature du régime qu’il combat, pense avec sa chair autant qu’avec son cerveau. C’est son honneur et sa grandeur par rapport au penseur académique, sa vulnérabilité aussi. Au nom de la liberté, il risque toujours de malmener la vérité, oublieux de l’imparable fin du discours de Stockholm de Camus « la vérité mystérieuse, fuyante, toujours à conquérir, la liberté, dure à vivre, dangereuse autant qu’exaltante, nous devons marcher vers ces deux buts, péniblement mais résolument, certains d’avance de nos défaillances sur un si long chemin ».

- ST21 -

31 Avenue de Ségur 75007 Paris France

01 74 64 79 37

contact@sinocle.info

Mentions Légales / Crédits 

本网站部分图片来自网络,请图片版权拥有者与我们联系。 

©SINOCLE  Tous droits réservés 2020

  • 白色的Twitter圖標
  • 白色的Facebook圖標
  • 白LinkedIn圖標
  • 白色的Instagram圖標