Un récit court et documenté pour éclairer une mutation technologique, scientifique, industrielle, commerciale, sociale ou artistique venant de Chine.

996 la guerre des codes

« C’est une chance énorme de travailler dans une entreprise 996 »

a récemment déclaré le fondateur d’Alibaba.




Une entreprise 996, comme le signifie clairement son nom de code, travaille de 9 heures du matin à 9 heures du soir, 6 jours sur 7. L’entreprise n’a même plus besoin d’avoir un nom, elle se résume à son code. Peu importe ce qu’on y produit, l’identité de ceux qui produisent, peu importe leur nombre, leurs fonctions, leurs histoires pourvu que cela produise indéfiniment. En tout cas dans les nouvelles limites implicites de ce code 996, imposant de fait, par son petit tour de force algébrique, une norme qui s’affranchit clairement des limites légales du temps de travail. Car même si les Chinois travaillent plus que les Européens – la durée moyenne du travail salarié hebdomadaire étant d’environ 39 heures en France devant l’Allemagne (34,8 ), le Danemark ( 33 ) les Pays-Bas ( 29, 3 ) et derrière l’Espagne, la Grèce ou la Pologne – le code du travail chinois prévoit que la durée légale hebdomadaire ne doit pas dépasser 44 heures.

En matière de droit du travail, l’entreprise la plus emblématique de la Chine performante joue donc code contre code. Communication contre droit ou, pour le dire autrement, elle parie sur l’impact émotif du langage implicite pour contourner la rigueur du langage explicite du droit. Profitant du charisme de son fondateur, l’universel et médiatique Jack Ma, Alibaba exalte la fierté de ses salariés ; elle leur propose le statut héroïque mais purement symbolique de pionniers d’une aventure incomparable qui méritent bien toute une panoplie d’avantages et de privilèges destinée à les inciter à construire leur vie autour du siège de l’entreprise fétiche ou de ses centres de production. Le stakhanovisme passe aujourd’hui par la bienveillance et la programmation des éléments de langage des réseaux sociaux.

« Tant qu’Alibaba se conforme aux règlements des pays hôtes, pourquoi ceux-ci s’indigneraient du sort de ses employés en Chine ? » s’interroge judicieusement Isabelle Feng, chercheuse du Centre Perelman de philosophie du droit de l’Université libre de Bruxelles. Là où le culte du code progresse, le culture du contrat régresse. C’est peut-être une bonne nouvelle pour les salariés zélés persuadés de la grandeur de leur entreprise, cela en est une moins bonne pour le droit.

A l’heure da la société digitale le code fait loi, on le savait déjà. Mais chiffrer le nom de son entreprise pousse le bouchon encore plus loin et idéalise une culture managériale de la productivité à outrance. Le contexte y est favorable : la guerre commerciale entre Washington et Pékin est à son pic talionesque, les autorités flattent sans relâche la fibre nationaliste des entrepreneurs et des travailleurs chinois, de nombreuses entreprises développent des cultures dont l‘efficacité flirte avec la brutalité, à l’image de la culture dite du loup chez Huawei ( chasser en meute, ne jamais lâcher sa proie, être le meilleur chasseur de la meute ). Et l’absence de syndicats libres n’arrange rien à l’affaire. Last but not least, l’économie de la nuit a la vent en poupe, à tel point que de nombreuses municipalités, Chongqing, Shanghai, Wuhan, Zhengzhou, vantant la nuit comme nouvel incubateur culturel et temps de cohésion sociale idyllique, encouragent les supermarchés, les restaurateurs, les centres commerciaux, les librairies, les salles de cinéma ou de spectacles à continuer nuitamment leur business.

C’est ainsi que Jack Ma est devenu l’homme aux deux visages, à la fois l’initiateur génial des villages Taobao qui auraient déjà créé près de 900 0000 emplois dans tout le pays en permettant à environ 25 000 villages dans les districts les plus pauvres ou les moins accessibles de provinces comme le Sichuan ou le Gansu de vendre en ligne leurs productions locales et le prophète de l’entreprise 996.

- ST21 -

31 Avenue de Ségur 75007 Paris France

01 74 64 79 37

contact@sinocle.info

Mentions Légales / Crédits 

本网站部分图片来自网络,请图片版权拥有者与我们联系。 

©SINOCLE  Tous droits réservés 2020

  • 白色的Twitter圖標
  • 白色的Facebook圖標
  • 白LinkedIn圖標
  • 白色的Instagram圖標